Faut-il toujours être à fond pour progresser en course à pied?

Il y a une idée très répandue chez les coureurs à pied…
Une très mauvaise idée…

L’idée selon laquelle « Il faut constamment (se) pousser à bout pour progresser » est bien ancrée chez la plupart des sportifs et même chez de très nombreux entraîneurs.

C’est le fameux « no pain no gain »

D’ailleurs en cette période, tu le vois partout avec des cours proposés à distance en vidéo où tout le monde se donne à fond.
Où l’objectif est de trop souvent finir complètement cuit.

J’ai envie que l’on discute autour de ce thème avec cette question en fond :

Cette idée garantit-elle une progression sans risque ?

Parce que le plus important est là…

Si tu te blesses, tu es obligé de ralentir, voire de stopper complètement toute activité sportive.
Et ça peut durer plusieurs semaines…

Du coup, tu es à l’arrêt et ta progression n’avance plus.
Tu prends donc du retard…

Nous en discutons sur le forum autour d’une vidéo.

Et dans cette vidéo, je vais aussi te donner l’indispensable ATOUT de ta progression.

Ce que tu vas découvrir dans cette vidéo :

  • Les statistiques sur les blessures qui font frissonner de peur…

  • La bonne proportion à répartir selon les différents types d’effort

  • C’est quoi tes limites physiologiques ?

  • C’est quoi tes limites biomécaniques ?

  • Comment faire pour ne jamais franchir la ligne rouge et éviter le surentrainement ?

  • Comprendre les grands principes de l’entrainement qui ont plus d’impact que les séances d’un plan.

Penses-tu que tu en fais trop durant tes entrainements ? Ou pas assez ?
Partage ton expérience dans les commentaires ci-dessous…

Bon run

Tout à fait d’accord. Il y a quelques années, j’avais tendance à toujours courir à une allure légèrement plus lente que ce que je faisais en course. Depuis peu, je cours plus lentement (allure endurance) à chacune de mes sorties, voire même des fois encore vraiment plus lentement.
Je n’ai jamais aussi bien progressé que depuis, surtout sur des distances plus longues.
En fait, c’est un ami qui est dans un club de triathlon qui m’a expliqué ça. J’avais tendance à m’entraîner dans la zone grise, comme ils disent dans son club, la zone dans laquelle on ne progresse pas. Il faut soit aller plus vite, mais de manière ponctuelle, lors de fractionné ou de seuil ou bien aller plus lentement.
En fait, s’entraîner lentement permet de courir plus vite. Mais ça ne suffit pas non plus.